Mal de dos et essoufflement pendant une compétition : que faire ?

Après des jours de préparation, il peut arriver que tout ne se passe pas comme prévu lors de la compétition.

En effet, des difficultés musculaires et respiratoires peuvent survenir, réduisant du même coup les performances.

Dès lors, il importe de savoir quoi faire en cas de mal de dos et d’essoufflement pendant une compétition.

Mal de dos et essoufflement pendant une compétition  que faire

Le mal de dos et l’essoufflement au cours d’une compétition

La pratique d’une activité physique et sportive peut provoquer des lésions ou au contraire aggraver des pathologies déjà existantes.

Toutefois, il ne faut pas oublier que le mal de dos et l’essoufflement peuvent être des signes d’un manque d’activité.

Le mal de dos et la pratique sportive

La douleur la plus courante survient lors de la pratique du sport.

Ce sont des lombalgies dites communes qui peuvent être appelées lombalgies aiguës de différentes manières, mais elles peuvent aussi être chroniques.

La lombalgie est une maladie extrêmement courante, car on estime que 60 % de la population souffre ou souffrira de lombalgie.

En théorie, un sport n’augmentera pas cette fréquence.

Cependant, des exercices physiques mal exécutés peuvent causer de graves douleurs lombaires qui finiront par entraîner des lésions permanentes, conduisant à des douleurs chroniques.

Ce qui amène les gens à s’interroger sur les avantages de l’exercice physique.

L’essoufflement et la pratique sportive

L’essoufflement après un exercice intense est une sensation normale bien connue.

L’augmentation de la fréquence respiratoire augmente l’apport d’oxygène du corps.

Lorsque l’essoufflement survient après un manque d’effort, l’essoufflement devient un problème, s’aggrave ou s’accompagne d’autres symptômes tels que des douleurs thoraciques ou des maux de dos.

Dans tous les sports d’endurance, l’essoufflement est un phénomène normal lorsqu’on pousse le corps au-delà de la vitesse de croisière.

Marcher, faire du vélo, etc., font que les pulsations du cœur vont s’accélérer pour fournir suffisamment d’oxygène aux muscles pour rester en bonne santé.

Chacun de nous a sa propre limite respiratoire qui est définie par la fréquence cardiaque maximale (FCR).

Bien que certaines maladies respiratoires (comme l’asthme et le tabagisme) provoquent souvent un essoufflement, d’autres facteurs (comme la chaleur, la fatigue ou le stress) peuvent vous faire vous sentir essoufflé.

Vous aurez accès à plus d’infos sur msdmanuals.com.

Les solutions au mal de dos et à l’essoufflement pendant la compétition

Si le mal de dos et l’essoufflement peuvent survenir pendant l’activité, il existe des moyens pour mieux se sentir.

Ce qu’il faut faire pendant la pratique sportive

Il existe certains impératifs à suivre dans l’optique de ne plus avoir mal au dos et d’être essoufflé(e).

En voici quelques-uns.

  • Courez à la bonne vitesse.Après l’échauffement, ajustez votre vitesse en fonction de l’intensité de la compétition.
  • Apprenez à bien respirer.Lorsque vous travaillez dur, respirez aussi naturellement que possible en inspirant par le nez et en expirant par la bouche.Plus vous augmenterez l’intensité de votre exercice, plus vite votre rythme respiratoire deviendra égal à votre rythme d’expiration.
  • Afin de suivre le rythme de votre corps, veuillez détendre vos muscles autant que possible.
  • Respirez avec l’estomac.Pratiquez la respiration pendant que l’abdomen est gonflé pour aider à abaisser le diaphragme transversal et à augmenter le volume libre dans la cage thoracique.Une fois automatisée, cette technique de respiration fait inhaler plus d’oxygène pendant l’exercice.

En dehors de la période de compétition, essayez occasionnellement un autre type d’effort pour améliorer votre respiration.

Hormis ces recommandations, il faut également bannir certaines attitudes néfastes.

Les pratiques à éviter

De manière générale, si vous êtes facilement essoufflé(e), il vaut mieux :

  • arrêtez de fumer dès que possible ;
  • évitez l’exposition à la pollution atmosphérique ;
  • évitez de rester haut dans le ciel ;
  • et si vous êtes en surpoids, perdez du poids.

En fin de compte, pour éviter les maux de dos et l’essoufflement, vous devez effectuer un exercice adapté à votre morphologie et compléter l’exercice avec une posture adaptée.

Des exercices d’étirement et de respiration réguliers, avec en plus la non-consommation de substances nocives, vous permettront de maintenir une efficacité élevée dans la compétition.


Articles connexes :

Syndrome de fatigue chronique chez le sportif : quelles solutions ?